Comment éduquer l'enfant ?

on vendredi, 28 février 2014. Posted in Réflexions

Les parents d’aujourd’hui ont du mal à comprendre et à savoir quelle méthode est la mieux adaptée pour éduquer leur enfant.  Beaucoup de parents rencontrent la difficulté posée, semble-t-il par des traditions et des cultures reçues de leur parents. D’autres par les différences d’origine culturelle de chaque parent ou celles de leur entourage. Aussi, les idées reçues font que beaucoup d'entre eux sont perdus face au choix du type d’éducation à donner. Encore plus difficile, sont les interdits de la société et de la loi. La décadence de la fibre morale de l’éducation chrétienne fait trembler les parents - chrétiens et non-chrétiens. « Quel avenir pour mon enfant ? » disent-ils.

Ici, je veux suggérer aux parents y compris les parents chrétiens, une position à adopter. D’abord, ne vous culpabilisez pas ! Faites de votre mieux selon votre connaissance. Informez-vous et documentez-vous auprès des experts en la matière. Activez et exercez votre foi en Dieu. La bible est une formidable source du bon sens de l’éducation en générale.

Deuxièmement, il serait bien que chaque parent s’interroge sur son héritage culturel afin de déterminer ce qui est à délaisser et ce qu’il faut garder comme principe d’éducation de l’enfant.  Il est vrai que nos parents ont fait de leur mieux.  Mais ils n’ont pas toujours fait le meilleur choix par rapport à la connaissance d’aujourd’hui.

Troisièmement et plus spécifiquement, je propose aux parents de ne pas être dogmatiques ni dictatoriaux avec leurs enfants. Appelez-les et raisonnez avec eux.  Parfois, nos méthodes reflètent trop nos peurs et le renvoi de notre image et de notre réputation que nous souhaitons protéger. Ainsi, l’enfant est mis au deuxième rang de l'intérêt direct, et il devient victime des exigences que les parents ont envers eux-mêmes.

Quatrièmement, chaque parent souhaite le meilleur pour son enfant.  Mais ce n’est pas une éducation libertine et laxiste lorsque le temps est donné aux enfants d’assimiler l’instruction donnée.  « Construire » implique forcément qu’il faut « détruire » les fondations du mauvais chemin afin de construire sur du bon et du solide.  Dans le temps, le processus se répète et finit par porter son fruit. Il faut préparer la terre, semer, arroser, tailler et soigner une plante. C’est pour cela que Dieu est si patient envers l’humanité – nous.

Un mot de conclusion : Dieu n’est pas obligatoirement dans « l’obéissance toute de suite à tout prix » même si c’est souhaitable. Dieu rejette l’obéissance forcée envers des êtres capables de raisonner. L’amour veut dire aussi interdire, mais dans le respect intégral de la personne et surtout de l’enfant.  Lors du choix fait par l’enfant, les conséquences sont à expliquer avec mesure. L'éducation par amour et le respect mutuel fixée par un cadre et un code de vie est la plus équilibrée pour l'enfant.

L’obéissance porte toujours le meilleur fruit pour celui qui obéit. Néanmoins, Dieu comprend dans sa patience et dans son amour, que « l’obéissance » arrivera sur le meilleur chemin lorsqu’elle est provoquée et motivée par l’amour reçu.  L’amour est le plus grand des principes fondamentaux de l’éducation chrétienne et de l’éducation en générale. Pourtant, c’est le principe qui provoque le plus de polémiques. Pour aller plus loin, relisez à plusieurs reprises le chapitre 13 de l’épitre de l’apôtre Paul aux Corinthiens.


Sean Dowding, Aumônier

Voir d'autres reflexions de l'Aumônier

Commentaires (0)

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.